Tisk

5 coups de cœur en Sologne du Figaro

27/10/2023

La Sologne, territoire sauvage formé sur d’anciens marécages, n’abrite pas moins de 3000 étangs. Si l’agriculture y est peu présente, de nombreux produits (caviar, agneau, gibier, miel, truffe et champignons) s’y épanouissent et participent à sa renommée. Une aubaine pour les restaurateurs qui s’appliquent à les mettre en valeur.

Le plus fusion: Le Beauharnais

Le lieu. Sherri et Nicola Boniface ont repris le flambeau de cette auberge située au centre d’un charmant village, à quelques encablures de la demeure de Joséphine de Beauharnais. Moquette façon faux marbre et papier peint végétal: le décor (un poil trop) épuré est réchauffé par le mobilier en bois flotté et l’accueil de ce couple aux origines nord et sud-américaines qui fait souffler un vent nouveau dans les environs.

À lire aussiLes 5 meilleurs restaurants de Blois et alentour

L’assiette. Le chef travaille des produits locaux dans des recettes hommages aux racines du couple. États-Unis d’abord avec un cheesecake composé d’un crumble salé drapé d’un onctueux fromage de chèvre Valençay et surmonté de tomates cerises et de basilic. Escale en Argentine ensuite avec le filet de bœuf et sa sauce chimichurri accompagné de savoureux légumes rôtis issus du potager attenant. Pour conclure, retour en Sologne avec l’emblématique Tatin façon mille-feuille de pommes caramélisées, à tomber.

Bravo. La mise en bouche à la truffe du Berry et le pré-dessert au miel local, très réussis.

Dommage. Le pain, cartonneux.

Le Beauharnais. 18, rue Napoléon III à La Ferté-Beauharnais (Loir-et-Cher). Téléphone: 02.54.83.64.36. Tous les jours sauf lundi (dîner), mardi et mercredi. Menus: de 38€ à 65€. Carte: 50-75€.

Auberge Le Beauharnais : Une cuisine locale teintée de saveurs exotiques

03/10/2022

Après avoir fait leurs classes dans certaines grandes tables de la région et sur Paris, Sherri et Nicola Boniface ont repris le restaurant l’Auberge Le Beauharnais de La Ferté Beauharnais.
La cuisine de Nicola Boniface, c’est un sentiment de déjà-vu pour les yeux et d’inattendu pour les papilles, « un melting-pot de techniques d’ailleurs et de produits d’ici »… C’est sur cette ambiguïté que joue le couple qui a repris en août dernier le restaurant l’Auberge Le Beauharnais, installé à La Ferté Beauharnais. « J’ai fait mes classes dans deux établissements gastronomiques de la région, l’Hôtel Tatin de Lamotte-Beuvron et le Domaine de Valaudran à Salbris, avant de rejoindre des tables en région Parisienne. Un jour M. Valleye m’a informé qu’il voulait lever le pied et m’a demandé si je souhaitais reprendre sa table », rappelle le chef.

Ce retour aux sources pour Sherri et Nicola Boniface est également l’occasion de mettre en avant leur slogan : « on se régale du glocal saisonnal ». Le glocal, contraction de global et local, est à la base de l’expérience culinaire proposée : « Ma cuisine s’appuie sur des produits locaux que je mêle à des saveurs exotiques. C’est le cas avec le filet de bœuf sauce chimichurri, un condiment argentin, que je fais à la façon de ma famille en Bolivie ; où le médaillon de biche sauce mole. Les gens connaissent les produits mais sont surpris de découvrir des saveurs ou une cuisson un peu différente de ce à quoi ils s’attendaient », détaille le restaurateur.


Un large choix de vins et spiritueux

Si la matière première arrive en priorité de producteurs sélectionnés et installés à une cinquantaine de kilomètres autour du restaurant, le chef part du principe qu’on est jamais mieux servi que par soi-même. Pour ce faire, le potager de l’établissement est copieusement mis à contribution : « J’y prends beaucoup de légumes, de fleurs et d’herbes qui sont cultivés selon les saisons ».

Pour que le rêve soit complet, cette technique est appliquée aussi bien en cuisine qu’en salle. Ainsi Sherri Boniface n’hésitera pas à mettre en avant les vins et spiritueux du Val de Loire mais surprendra aussi sa clientèle locale avec de petites pépites en provenance des quatre coins du monde. « Même si je reconnais l’importance des accords mets et vins, je suis là pour faire découvrir de nouvelles saveurs à mes clients que ce soit en matière de vins que de spiritueux ».

Ouvert du jeudi midi au lundi midi, l’établissement propose des plats à la carte ou que l’on peut retrouver à travers trois menus pour des prix allant de 38 à 65 €. L’Auberge peut accueillir une soixantaine de couverts grâce à ses deux salles. Le restaurant peut être partiellement ou totalement privatisé pour des événements familiaux ou d’entreprise.

Le Beauharnais, une cuisine d’ici et d’ailleurs

22/09/2022

Depuis cet été, Sherri et Nicola ont repris la direction du Beauharnais.Ils vous proposent une cuisine raffinée mêlant produits locaux et saveurs d’ailleurs. Un melting pot de techniques d’ailleurs et de produits d’ici … Ou l’inverse.
Pendant plus d’une dizaine d’années, Chantal et Nicolas Valleye, accompagnés de leur fils Maxime, ont dirigé l’auberge Le Beauharnais, faisant de l’établissement une institution reconnue pour la qualité et l’inventivité de sa cuisine. Depuis le 1er août, ils ont cédé la place à un couple qu’ils connaissent bien pour l’avoir suivi dans son parcours de la Sologne à la région parisienne. Sherri, américaine d’origine mexicaine et apache, a grandi en Sologne et travaillé dans de nombreux restaurants de la région, dont l’Auberge du Cheval Blanc à Yvoy-le-Marron ou l’hôtel Tatin à Lamotte-Beuvron. Nicola, à la fois ch’ti et bolivien a également fait ses marques dans plusieurs établissements gastronomiques de notre territoire, avant de partir pour la région parisienne avec Sherri en 2018. Après avoir travaillé quelques années dans la Haute Vallée de Chevreuse et Paris, respectivement en tant que responsable de la restauration pour Sherri et chef de cuisine pour Nicola, ils ont saisi l’opportunité qui leur a été offerte.

Leur philosophie, proposer une cuisine responsable d’ici et d’ailleurs et surprendre leurs clients
« Nous sommes très heureux de revenir en Sologne car c’est un territoire qui dispose de produits locaux exceptionnels, explique Nicola. J’ai à cœur de mettre en valeur les producteurs et de privilégier les circuits courts. J’aime apporter une touche végétale et un peu d’ailleurs dans mes assiettes. Je propose une cuisine revisitée pleine de surprises, un plat peut en devenir 2 ou 3 à l’exemple de la soupe froide de melon, en ce moment à la carte : dans un premier temps, la fraîcheur en bouche, ensuite la chaleur du piment suit, et pour terminer la faisselle au miel transforme la soupe en velouté qui procure du moelleux en bouche. » La carte aux notes locales et saveurs du monde évoluera en fonction des saisons, le gibier sera notamment à l’honneur cet hiver. Sherri et Nicola ont par ailleurs fait rentrer de nouveaux produits comme un vermouth, réalisé par un maître de chai de la vallée de la Loire avec des cépages de la région, ou encore, le Pastis Meskad réalisé à partir de plantes de Sologne. De belles découvertes et saveurs en perspectives…
Horaires d’ouverture : Du jeudi midi au lundi midi inclus
Tél : 02 54 83 64 36 –
18 rue Napoléon III 41210 LA FERTÉ-BEAUHARNAIS
www.aubergelebeauharnais.fr
contact@aubergelebeauharnais.com